Thème : la Chevalerie

Dates : du 11 au 25 juillet 2012

Lieu : Dissé-sous-le-Lude (Sarthe)

Aumônier : L’abbé Denis Cuchet, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre.

Directeur : L’abbé Pierre-Emmanuel Bonnin, séminariste de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre.



Un preux chevalier !

Après les Premiers Chrétiens de l’année dernière, l’édition du camp 2012 nous a emmené sur les traces de la Chevalerie. Les premiers jours du camp auguraient bien du combat que nous allions devoir mener, non pas contre l’armée ennemie (qui allait être l’objet de toutes les tactiques lors du Grand-Jeu!), mais plutôt contres les éléments qui semblaient se déchaîner contre nos 84 chevaliers en herbes : les cinq premiers jours du camp furent très pluvieux ! Les installations des coins d’équipes, les premières activités, la vie au camp souffrirent de ce mauvais temps ; ainsi que la cuisine qui devenaient en trois jours un véritable bain de boue, obligeant les cuisiniers à créer un « plancher » avec des palettes pour marcher au sec ! Mais le moral des troupes était loin de faiblir !


Les verts à la course de char

C’est à la faveur d’une météo plus clémente que les activités allaient désormais permettre aux différents sous-camps de s’affronter : le fameux tournois de balle-aux-prisonniers, les mythiques olympiades, l’épuisant parcours Hébert et l’éternelle chasse-à-l’homme allaient donner du fils à retordre aux différentes équipes pour se départager ! Les différents plans d’attaques, les stratégies étaient de mise pour essayer de gagner le maximum d’épreuves ! Fallait-il être toujours premiers ? Ménager une place de second ? Au fils du camp, l’étau se ressert, deux sous-camps semblent faire la course en tête… mais les cartes sont brouillées, il semble que la tendance s’inverse… Et c’est finalement à la faveur de nombreux encouragements, soutenus par les étendards des sous-camps flottants au vents, que le podium final se profilaient déjà… La déception des uns faisait donc place à la joie des autres, certains se promettaient de prendre leur revanche l’année prochaine, d’autres saluaient vaillamment les vainqueurs, quand tous repartaient chez eux avec des souvenirs inoubliables plein la tête !

Bravo au sous-camps des Bleus, et à l’année prochaine !